Ève Lomé

Journal extime

Aller au diable

Aller au diable

Le jour suivant, le 22 de Boédromion, se déroulait un second drame mystique : ce n’était pas un simple spectacle, mais un rite puissant rappelant l’union de Zeus avec Déméter, au cours d’un simulacre de hiérogamie entre la prêtresse et l’hiérophante. Par là était remis en vigueur le pacte de la déesse avec Éleusis et étaient perpétués ses deux bienfaits, l’agriculture et l’initiation. La cérémonie s’achevait par l’initiation du second degré appelée époptie, ἐποπτεία ou contemplation : la présentation « en silence d’un épi de blé nouvellement moissonné ». L’épi de blé offrait une signification religieuse et métaphysique, fondée sur la correspondance entre le sein maternel et celui de la terre féconde, entre la vie humaine et la vie végétale : en retournant à la terre, le grain de blé, « s’il meurt, porte beaucoup de fruits » ; « Ne devait-il pas en être de même pour l’homme confié à la terre ? L’exaltation rituelle d’Éleusis était un symbole de la vie nouvelle que Déméter promettait à ses initiés ». L’initié pouvait en effet espérer, après sa mort, une survie individuelle dans une félicité complète. Au terme de cette cérémonie, les initiés du premier degré obtenaient le titre suprême d’époptes.

Wikipédia, Les Mystères d’Eleusis

Publié le 19 juillet 2020

/ / / / /